Les premières idées de parcours

Écrit par Emmanuel - - aucun commentaire
Les premières idées de parcours nous poussent vers la Méditerranée. Les Caraïbes nous font rêver mais notre prudence naturelle nous empêche d'y songer. Nous nous permettons à peine d'en parler. C'est donc vers un tour de 11 mois en Méditerranée que nous regardons. A partir de là, nous commençons à plancher sur les coins que nous aimerions visiter. Mais il nous faut rapidement nous rendre à l'évidence : on se sent à l'étroit dans notre projet si nous devons nous contenter de la méditerranée... Nous avons envie de mer chaude. Et la méditerranée de août (septembre?) à juin, ce n'est pas l'endroit le plus adapté! De fil en aiguille, de discussion en discussion (y compris avec les amis qui soutiennent notre projet), nous revenons petit à petit sur notre auto-censure sur un voyage transatlantique.

Une dernière discussion fait tomber le dernier mur (pas bien haut le mur) vers notre projet. Direction les Antilles ! Nous voilà plongés sur les "cartes" (merci google-earth) pour petit à petit faire le tracé de notre voyage idéal. Oh, rien de très original : Bretagne->Portugal->Cap vert via les Canaries avant le grand saut de l'autre côté de l'Atlantique. Une petite balade sur l'arc antillais avant un retour via les Açores, une boucle très classique.

Nous avons trouvé notre bateau !

Écrit par Emmanuel - - aucun commentaire
Nous avons trouvé notre bateau !
Un superbe (forcément) Moody 34 de 1984. Une des particularités de ce bateau est de disposer d'un cockpit central. Ce qui présente le double avantage d'être plus sécurisant qu'un cockpit arrière et d'offrir une habitabilité importante au niveau de la cabine arrière.
Sur le dessus, cela ressemble à ça :



La cabine arrière porte bien son nom : elle se situe derrière le cockpit.

C'est dedans que la différence est flagrante par rapport aux autres bateau de même taille. l'accès à la cabine arrière se fait par une coursive sur tribord, excusez du peu, qui longe la cale moteur.



L'unité que nous avons achetée est en très bon état, entretenue avec soin par son précédent propriétaire. Il nous faut quand même faire quelques travaux en rapport avec notre longue balade.

  • Une nouvelle VHF. L'actuelle n'est pas ASN, un gage de sécurité supplémentaire.

  • Un spi asymétrique pour profiter pleinement des alizés.

  • Ajouter des pompes à pied pour l'eau douce à bord. Actuellement, il n'y a que l'eau sous pression à bord, synonyme de consommation excessive d'eau et d'électricité.

  • Un radar qui nous permettrait de mieux dormir la nuit. Sans lui, nous sommes obligés d'organiser des quarts de nuit de manière à assurer une veille permanente en navigation. Avec le radar, on peut relâcher (un peu) la pression et dormir pas loin du radar qui veille à notre place.

  • Panneaux solaires et/ou éoliennes pour assurer notre autonomie électrique.

  • Revoir certains aménagements intérieurs pour stocker tout ce que nous devons emmener pour vivre 1 an sur notre bateau.

  • Installation d'un pilote automatique. L'objectif étant de garder le vieux pilote actuel en pilote de secours.

  • ...


Cette liste va encore s'allonger mais elle devrait rester raisonnable. Le plus important (et pas le plus désagréable) est maintenant de ramener le bateau de son port actuel -Quiberon- vers notre port d'attache : Saint Vaast la Hougue. C'est l'objectif de nos vacances de Juillet, chouette. Nous comptons profiter de sa situation actuelle pour visiter les îles de Bretagne sud avant de remonter.

Qui sont les 3 gouttes ?

Écrit par Emmanuel - -
Première goutte : Sophie Dupuy
38 ans
Avant ce voyage, s'est promenée aux Caraïbes, en Grèce, en Egypte, en Italie, en Espagne, en Crête, en Finlande, en Angleterre, en Suisse et à Malte.
Plongeuse autonome
A commencé la voile en Septembre 2002 dans les anglo-normandes.
Lors du voyage, fut skippeuse et instit de bord.
Deuxième goutte : Léo
11 ans,
Elève de CM2,
pratiquant le tennis, le volley-ball et les rigolades avec les copains.
S'est promené en Italie, en Crête, en Angleterre avant ce voyage
A commencé la voile en 2007 sur un Optimist et préfère clairement les bateaux plus grands.
A profité de ce voyage pour faire sa classe de CM2 avec sa maman.

Troisième goutte : Emmanuel Séguy
41 ans
Plongeur autonome
Aimant la photographie, les oiseaux,  la biologie sous marine et … la voile !
Avant ce voyage, s'est promené aux Caraïbes, aux Etats-Unis d'Amérique, en Egypte, en Italie, en Espagne, en Crête, en Finlande, en Angleterre, en Suisse, en Belgique, en Suède, en Norvège et à Malte.
A découvert la voile sur un Optimist il y a fort longtemps pour s'y remettre en 2005.
S'occupe de la conception du site internet,
Lors du voyage, fut skippeur, bricoleur de pont (et d'ailleurs).

Quel bateau ?

Écrit par Emmanuel - - aucun commentaire
Nous avons commencé par louer des bateaux pour naviguer dans les îles Anglo-Normandes avant d'acheter très vite notre première esquif : un magnifique LoveLove de 6m60, remplacé par notre dernier bateau : un First 30, vendu depuis peu.

Pour notre projet, nous avons besoin d'un bateau de même taille avec 2 cabines séparées et de conception différente.

Plus c'est grand, plus les soucis sont importants, sans parler du budget, c'est pour cela que nous ne souhaitons pas forcément un grand bateau.
Fil Rss des articles