Que de l'eau

Écrit par Emmanuel - - 9 commentaires
La nuit fut bonne, le bateau avançait et après avoir pris 2 ris dans la
GV, j'ai profité de mon quart pour continuer le roman de Mankell.
Dans le carré, ça sent bon le chocolat et la température est montée de 1°C
: j'ai fait un gâteau. Puis j'ai profité d'une éclaircie pour aller
admirer la mer. Elle me fait penser à des oeufs battus en neige sauf
qu'ils seraient bleus! Elle est capable de se lever si vite.
Le bateau file entre 5 et 7 noeuds sous génois seul. Nous avons déjà
parcouru 2233 miles.
Emmanuel et Antoine dorment paisiblement bercés par la houle et les petits
bruits que fait Léo en jouant.
De temps en temps je mets mon bonnet pour faire un tour d'horizon. Il n'y
a personne, que de l'eau.

Private Antoine : Merci pour vos messages du 22 (et du 23)
Au milieu de l'océan, j'ai eu droit au meilleur gâteau au chocolat!
Dernière balise à pointer...
ça envoie de la bûchette :-)

La pétole

Écrit par Emmanuel - - 3 commentaires
Nous connaissions la pétole sous la forme d'un
calme plat sous le vent des îles des tropiques;
nous venons de gouter la pétole au milieu de
l'Atlantique : pas de vent, une longue houle et
une eau lisse.
- C'est le bruit du moteur pendant 30 heures.
- C'est le bateau qui bouge à peine, posé à plat
mais bercé par la houle.
Dès les premiers frémissements du retour du vent,
le moteur est arrêté. On en profite pour mettre
un peu le spi. Des dauphins sont passés sans
s'attarder...

Depuis le vent est revenu,
bientôt 2000 miles parcourus,
bientôt la terre en vue.

Moins de mille miles

Écrit par Emmanuel - - 5 commentaires
On a déjà parcouru 1700 miles à ce jour.
Et sous réserve de ne pas faire trop de
détour il nous en reste donc moins de 1000
avant les Açores. Après avoir gité sur bâbord
pendant douze jours on gite maintenant sur
tribord avec un vent de nord un peu froid.
Les allures varient de temps en temps, la
mer aussi, avec ou sans houle.
Tout le monde va bien à bord.

Fil RSS des articles