Les étapes s'enchaînent sans se ressembler.

Écrit par Emmanuel -
Hier, longue étape de 70 kms. Commencée dès 6:35 pour profiter des heures les moins chaudes, nous avons roulé jusqu à la mer avec dans l'idée de s'arrêter à la première guesthouse... Sauf qu'une fois sur la côte il n'y a que d'énormes complexes hôteliers très chics. Ils sont très chers ou fermés. Seule issue, faire route vers le sud, le long d'une highway 2x3 voies sous un soleil de plomb. Ce qui chez nous est une "bande d'arrêt d'urgence", s'appelle ici une piste cyclable. Un poil stressant. Une 15 de km comme cela et  nous trouvons un centre ville hyper touristique. Avantage, des chambres à louer à chaque coin de rue. Nous dormirons entre une brasserie 'de Paris', une pizzeria et un resto grec ! Tant pis, nous avons besoin de nous poser. Ce matin, Sophie profite du lieu pour se baigner avant 7:00, en même temps que le soleil se lève sur la mer. Nous partons ensuite pour une petite étape de moins de 30kms. Histoire de ne pas rouler après 11:30. Itinéraire via pistes ou petites routes cette fois-ci. Notre cible : une longue route le long de la mer avec plage déserte d'un côté et 'petits' hôtels déserts de l'autre.

Une nuit au son des éléphants sauvages

Écrit par Emmanuel -
S'il est un animal peu discret quand il se nourrit la nuit, c'est bien l'éléphant d'Asie parmi des bambous... Un véritable éléphant dans un magasin de porcelaine. ;)


Nous avons eu la chance de pouvoir planter notre tente dans un camp du parc national de Kaeng Krachan. Nous sommes en pleine forêt, 5 ou 6 tentes et quelques "Rangers" qui veillent. Toute la nuit, ceux-ci éloignent les singes et autres bestioles qui s'approchent trop près. Soudain (il est 03:00), des claquements secs nous réveillent. Cela vient de la rivière en contre-bas. Ce sont des grosses branches de bambous cassées par les parchydermes. Ils ne sont pas loin, on les entend se déplacer parmi les branches. Nous restons bien à l'abri de... la moustiquaire. Cela dure une petite demi heure. Malgré la tente grande ouverte (avec moustiquaire), on ne distingue que la silhouette des arbres... Les claquements des bambous associés aux chants d'insectes et les cris des singes : un vrai concert dans le noir.

Extra. On se rendort, sous les différents éclats de lampes torches des rangers qui s'affairent.

On a adoré notre nuit, même si elle fut courte.

Un peu de carto et des photos.

Écrit par Emmanuel -
Pour celles et ceux qui voudraient nous suivre sur une carte avec quelques photos, on publie quelques trucs sur ce site :

Je ne sais pas encore si cela va remplacer le Blog ou venir en plus, on verra ;)

De notre côté, nous continuons à aller de découvertes en découvertes. Entre les vaches qui se baignent à la plage, les délicieux flan de cocos, les rires partagés avec les thailandais lors de nos essais linguistiques des plus concluants.
Le vélo se passe bien pour peu que l'on s'arrête avant 13:00 : il fait trop chaud.

J 4 - vers Petchabury

Écrit par Emmanuel -
Les petites routes dénichées grâce à OpenStreetMap (application OsmAnd sur le téléphone mobile) sont superbes et pleines de charme.

On s'entraîne aux selfies mais ce n'est pas encore totalement maîtrisé...

Sympa de voir que tout est relatif et que tous n'ont pas le même référentiel ;)

De Samut Songkhram à Ban Laem

Écrit par Emmanuel -
Premiers tours de roues en Thaïlande. Tout attire notre attention : les odeurs, les oiseaux, la végétation luxuriante, les quelques singes croisés en 'ville' et même les échanges autour du livre "G'palémo" et d'un petit dico pour manger et trouver où dormir. On est Heureux ! Il fait chaud, très chaud. 


Fil RSS des articles