Le 4 Décembre 2022 - Corfou

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire

Pour la première fois depuis douze ans, j'ai bien cru que nous risquions de gros soucis avec 3GOUTTES. La sensation est franchement désagréable. Même si cela n'a pas duré bien longtemps.

Nous étions dans un mouillage pas très glamour mais protégé de l'Ouest à l'Est en passant par le Sud. Justement parce que toutes les météos consultées prévoyaient un bon coup de vent de Sud/Sud-Est ce dimanche matin. Nous sommes donc au mouillage, dans 5 à 6m d'eau face à un chantier et une plage où est échoué un gros bateau ... Bref , pas très engageant mais nous avons mis plus de 40m de chaîne puisqu'il y a de la place. L'eau trouble ne nous permet pas de connaître la nature des fonds mais la consultation de sites internet nous informe que le mouillage est de bonne tenue. La configuration des lieux nous laissent imaginer de la vase, nous ne sommes vraiment pas inquiets... Au cours de la matinée, l'orage gronde, nous tourne autour. D'un coup, c'est le vent qui tourne et passe Nord-Est. Le mouillage, initialement protégé, se transforme en chaudron. La pluie tombe drue. Nous sommes maintenant "le cul à la plage". Le bateau tape dans les vagues. Pas confortable du tout. Même si nous avons confiance, nous surveillons de temps en temps depuis l'intérieur du carré que nous sommes toujours "à peu près" au même endroit. Les météos sont revérifiées et sans équivoque, ce n'est pas le vent prévu. Un coup d’œil de plus dehors et c'est la douche froide : le bateau est près, tout près de la plage. L'ancre a clairement chassé et ... ce n'est plus le moment de traîner, il faut sortir, démarrer le moteur, remonter l'ancre alors qu'à l'avant, les vagues mouillent déjà le pont du bateau. La pluie et le vent n'arrangent rien à l'ambiance. Je suis à l'avant à synchroniser la remontée de l'ancre quand le bateau tombe dans les vagues alors que Sophie soulage le guindeau en nous appuyant au moteur. À l'inverse de la pluie, le temps s'écoule doucement mais petit à petit, la chaîne est remontée. Nous sommes trempés, secoués mais une vingtaine de minutes plus tard, 3GOUTTES est de nouveau mouillé (et nous avec) plus au large. Le bateau bouge toujours autant mais il y a du fond et nous ne quittons plus nos repères des yeux le temps de refaire le point. C'est vite vu et décidé, on se tire d'ici, direction une marina à une petite heure de là, pour se protéger pour la nuit. C'est reparti, pour un petit rodéo le temps de relever le mouillage, toujours sous des trombes d'eau et du vent. Une fois 3gouttes faisant route (Que c'est confortable un bateau qui fait route versus un bateau au mouillage dans ces cas là), il reste à croiser les doigts pour avoir une place ! Une fois sur place, la pluie continue de tomber... On se met en standby au ponton de la station essence où l'on attendra sagement que tout cela se calme pour aller faire une manœuvre cul à quai sans jouer aux quilles ni lutter contre la pluie.

Le 29 Novembre 2022 - Plataria

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Certains vous diront qu'à l'arrivée au port vous êtes accueillis par les autorités locales. Il y a un semblant de vrai. À peine étions-nous amarrés au quai municipal de Plataria que plusieurs chats, assis sur leur séant et sur ledit quai, miaulent, insistent, et finissent par monter à bord faire le tour du pont.
Ça renifle, inspecte, contrôle...

Le soir, alors que nous sommes à l'abri dans le carré, nous continuerons à les entendre se balader sur leur nouveau terrain de jeu.

Photo de la plage de Plataria. AU second plan le petit port et les montagnes. Ciel couvert

Le 22 Novembre 2022 - Retour à Preveza

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Bilan de la nav du jour, une couture arrachée sur le génois. Celui ci est affalé en vrac sur le pont. On se dit qu'on a bien mérité une escale confortable dans une marina (pas fait depuis 1 mois et demi) avec vraie douche chaude, eau, elec... Reste à attendre une accalmie pour lancer l'atelier couture. Initialement imaginé en plein air (la voile est trempée) nous avons finalement tout rentré dans le carré + cabine avant pour pouvoir prendre le temps de travailler au calme (pas de vent, ni de pluie).

Après 3 heures 30 de coutures : Les 70cms déchirés sont comme neufs. Il ne reste plus qu'à hisser de nouveau le génois.

Le 17 Novembre 2022 - Entre Koronisia et Vonitsa.

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Le vent à 180° des prévisions ayant rendu le mouillage particulièrement inconfortable,
la nav du jour a commencé tôt sous grains et orages. GV 1 ris plus génois. Ciel noir,  éclairs et grosse pluie. Cela aurait pu être chiant et froid. Mais comme c'est le sud ce n'était pas froid et comme les dauphins nous ont accompagné,  ce n'était pas chiant.
Maintenant,  sieste !

Pour celleux qui trouvent que ça manquait de news, depuis un moment : Sophie est plus rigoureuse que moi et polarstep est plus à jour : https://www.polarsteps.com/SophieEtEmmanuel/5256621-3gouttes-2022. Vous pourrez notamment y retrouver un épisode fort venté (le 05/11, je vous laisser chercher ;) )






Les jours précédents nous étions au calme dans un mouillage désert (encore un) où un type fort aimable a pris quelques photo de nous et de 3GOUTTES et nous les à ensuite envoyé par mail quand nous l'avons recroisé le lendemain. Merci à lui ! En voici quelques unes :

Le 28 Octobre 2022 - Lefkas (Leucade)

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
C'est sous spi dans un tout petit temps que nous arrivons sur l'île de lefkas (Leucade, Λευκάδα, Lefkáda)
La saison touristique est définitivement terminée. Dans la baie de Sivota, où nous sommes mouillés, ce n'est que démontage des infrastructures touristiques, fermetures des pontons 'privés' gérés par les tavernes. Certains pontons n'ont même plus de taquets. Auraient-ils peur que des plaisanciers hivernent sans s'acquitter de quelque obole ? Les loueurs de bateaux s'affairent à hiverner leurs voiliers. Même les petites épiceries, fièrement nommées 'supermarché', sont closes.

Qu'à cela ne tienne, nous sommes autonomes et pouvons tenir quelque temps dans une relative autarcie.



Le 24 Octobre 2022 - Ithaque

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Une semaine où l’on mouille l’ancre près des rochers pour ne pas avoir trop de fond mais suffisamment loin, du moins on l’espère, de la côte pour pouvoir éviter (cf. Évitage [Wikipedia] ) sans soucis. 15 m de fond à moins de 40 m du bord, c’est parfois impressionnant.
Ithaque, c’est le paradis des mouillages tout petits. L'usage est de porter une ou deux amarres à terre alors que l’ancre est dans 15 m d’eau. Les bateaux sont ainsi alignés les uns à côté des autres, le cul à la côte. Sauf que nous n’avons pas (encore) les aussières adéquates. On mouille donc au mieux, loin des autres pour éviter tranquilles.
Ithaque,  c’est aussi une profonde baie avec, au fond, son village touristique bien calme en cette saison : Vathi. Véritable port naturel protégé de tout les secteurs de vent. 3Gouttes est en sécurité, seul dans cet immense espace. Nous en profitons pour parcourir une partie de l’île à pied. La cartographie est optimiste, nous finirons la balade sur un chemin guère emprunté que par les chèvres.
Le pique-nique sur une plage (déserte) sera même l'occasion d'une belle rencontre : 2 poulpes, juste au bord dans quelques centimètres d'eau. Leurs déplacements sous la surface laissent penser qu'ils nous ont vu et qu'ils nous observent.

Baie de Vathi

Le 22 Octobre 2022 - L'île de Céphalonie (Kefaloniá)

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Nous sommes restés une semaine autour de l’ile de Céphalonie. Et quelle semaine. Elle fut excellente. En grande partie grâce à la présence de nos amis venus passer quelques jours à bord de 3Gouttes. Merci à vous, Martine et François.
Sans compter que vous avez su garder votre bonne humeur malgré les conditions d’accueil un peu “roots” et exiguës.

Je suis fier de mes amis, surtout quand ils essaient de parler aux arbres.

Balade ensoleillée (comme d'hab, quoi)

On ne pas dire qu'il y ai la foule au mouillage.

Les oliviers ne nous ont pas dit leur âge mais certains sont majestueux, même si ils ne sont jamais très grands.

Le 10 Octobre 2022 - Argostóli.

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire

Sur moins d'un mile nautique nous avions le choix entre mouiller l'ancre, s'amarrer dans une marina abandonnée, se mettre «cul à quai» au quai municipal, squatter celui des pêcheurs en «long-side»... Toutes les options grecques pour passer la nuit au calme réunies dans un mouchoir de poche. Qui plus est, la baie est protégée de tous les secteurs ou presque. Il n'en faut pas plus pour que nous nous arrêtions.

Nous avons choisi le mouillage à quelques encablures de la ville. Des tortues sortent la tête de l'eau régulièrement autour du bateau... Nous sommes à Argostóli, ville principale de Céphalonie...


Vue du pont piéton qui lie les deux côtés de la baie

Allez savoir pourquoi nous l'avons nommée Joséphine ?

Les enseignes grecques sont rarement très claires pour nous. Seule certitude, ce magasin est fermé.



Le 09 Octobre 2022 - 38°16'57N, 20° 26'90E

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Un truc gigote à la surface. Le soleil nous empêche de distinguer si c’est une tortue, un phoque. Nous nous approchons doucement (nous sommes en kayak). Peine perdue, c’est un humain qui fait de l’apnée le long des rochers. Tout fier, il nous montre les poulpes qu’il vient de pêcher, à main nue.

Plus loin un petit bateau de pêche nous interpelle. On s’approche. Pas facile, nous ne parlons pas le grec, lui ne parle pas l’anglais. Les gestes feront l’affaire. Il cherche son plongeur, chasseur de poulpe.

Le 08 Octobre 2022 - Premiers mouillages grecs.

Écrit par Emmanuel - - Aucun commentaire
Après une dernière navigation agitée mais rapide (3 Gouttes n’avait encore jamais avalé autant de miles en 24:00) nous mouillons l’ancre sur l’île de Céphalonie (Kefalonia).

Le premier mouillage testé sera de courte durée. Juste le temps de se rendre compte que ce n’est pas aussi protégé de la houle qu’imaginé. Qu’à cela ne tienne, la Grèce offre ce dont rêvent tous les marins : pléthore de mouillages en quelques miles. Nous jetons notre dévolu sur un mouillage désert, entouré de collines habitées seulement de quelques chèvres. Pas de trace d’activité humaine à plusieurs kilomètres à la ronde. La mer est posée, le bateau ne bouge plus, le silence n’est troublé que par le bêlement des chèvres sur la plage.

L’équipage se repose. Comblé.



Les premières côtes bordées d'éoliennes

La plage est très fréquentée mais point d'humains

Le vent est tombé dans la nuit. Mer d'huile au réveil
Fil RSS des articles